Alexis Nevil : BiblioBlog

Bienvenue sur le blog-note d'Alexis P. Nevil. Ce blog simple, voire simpliste, n'a d'autre but que fournir un catalogue de références : illustrations, photos et surtout publications (en ligne et papier, articles etc...). En attendant davantage... bonne navigation !

Ma photo
Nom :
Lieu : Lyon, Rhône, France

Jeune auteur dans les "littératures de l'imaginaire"

dimanche, octobre 01, 2006

Un après-midi de dédicace

C'était hier, c'était à Trollune. Et c'était bien.

Bien, parce qu'à Trollune, tout d'abord : une librairie où le jeu de rôle, les jeux de cartes, de plateau, les littératures qu'on aime se retrouvent et se marient avec bonheur. J'aime le concept de ce magasin, vraiment — pas de jeuderôlisme intégriste, mais des ouvertures diverses, propices aux discussions tous azimuth.

Bien, parce que plein de gens intéressants. On n'a pas fait que gratter le papier pour nos dédicaces (enfin Daniel Caparelli, si... mais c'est le dur lot des illustrateurs, s'pas.. ;) ). Nous parlâmes cinéma, bd, scénarios, évoquâmes nos auteurs favoris et leurs œuvres — il faut dire que l'environnement s'y prêtait, et qu'on avait qu'à jeter un œil alentours pour voir jaillir des noms réminiscents de bonnes lectures et d'excellents souvenirs.

Un sincère merci à Charles, maître de céans, pour cette dédicace inaugurale à la "Lune des Trolls".
Et merci aux nouveaux lecteurs des Spadassins, de Peronnik et autres Crapules : le Lion de Lyon, Emilie, et j'en oublie déjà au moins deux autres (qui se feront un plaisir de se signaler avec force grognements je pense, j'espère, puisqu'ils ont l'adresse de ce blog...)
Merci à ma douce et tendre moitié pour le gâteau au chocolat (privilège réservé à ceux qui avaient pris aux moins deux livres... non c'est même pas vrai). Et pour sa patience ;).

Par ailleurs et pour contenter un Khöl Vayr qui, poussé par une fidèle camaraderie, se trouva fort déçu de n'avoir pas de nouveau tome à se mettre sous la dent (il a déjà tout, l'animal !), voici une annonce qui en ravira certains :

C'EST OFFICIEL

C'EST PROMIS

C'EST DÛ

... le troisième tome concluant la trilogie des Ascendants arrivera sans faute DÉBUT 2007.
Il portera le titre — non moins glorieux que ses deux prédécesseurs — de :
"LA DERNIÈRE FRIPOUILLE DE GENSENN"
Toujours aux éditions Eons. Si les petits cochons ne nous ont pas mangés d'ici là bien sûr (ça bouffe tout les cochons... voir Kusturicka pour s'en assurer ;) )

Le mot de la fin :
Grolsch ! Et mort à la Khrô !

jeudi, août 24, 2006

En dédicace à la Librairie Trollune

Votre serviteur, accompagné de sieur Markus Leicht (auteur de "Peronnik l'Idiot" aux éditions Eons), accompagnés de leurs illustrateurs MM Daniel Caparelli et Franck Drevon, dédicaceront leurs ouvrages :

le SAMEDI 30 SEPTEMBRE à partir de 14h

A la Librairie Trollune
Rue Sébastien Gryphe
69007 Lyon
http://www.trollune.fr/

jeudi, juin 15, 2006

Lege, lege, lege, labore, ora, et relege...

Je vous livre ici trois extraits d'un même début de chapitre. Voilà mon "passe-temps" actuellement : refondre et réécrire "Semailes de Millénaires", un projet qui remonte à 8 ans maintenant.
J'ai peur que ce genre de présentation ne soit pas passionnante pour vous lecteurs de ce blog — frustrante dans le meilleur des cas j'en ai bien conscience — mais je me dis que cela aura peut-être un intérêt rétrospectif.
Rendez-vous en... 2008 (!), si tout se passe comme prévu, pour ce roman de science-fiction en diptyque.

Version primaire (juin 1999) — 1039 signes, soit 155 mots —

Le lourd hélicoptère blindé survolait à basse altitude de grandes étendues de champs de maïs, soja, sorgho… auxquels se mêlaient d’envahissants arbustes de manioc. Parfois, de larges rizières s’offraient à la vue, ainsi que, de loin en loin, perdues dans une épaisse brume humide, des collines laissées en friche, couvertes d’une envahissante savane.
Au bourdonnement sourd du rotor double répondait celui, plus discret encore, des pales de quatre véhicules de protection, des hélicoptères de chasse de taille plus réduite, littéralement hérissés d’armes et de détecteurs. L’escorte avait adopté une formation en quadrilatère autour de l’imposant héliporteur diplomatique.
Dans le cockpit de ce dernier, parfaitement insonorisé, un personnage de haute stature, de race noire, richement habillé de soieries rouges et noires constellées de diamants, au port altier et au visage mangé par un bouc frisé et presque hirsute, se trouvait assis aux côtés du pilote. Il contemplait le paysage monotone défilant alors qu’ils avalaient les kilomètres. (…)

Version intermédiare (révision de 2004) — 966 signes, soit 145 mots —

Les grandes étendues embrumées des plaines fertiles du Kalahari… champs de maïs, soja, sorgho, envahissants arbustes de manioc… parfois, de larges rizières. Et, de loin en loin, perdues dans une épaisse brume humide, les collines, laissées en friche, de la savane envahissante.
Cinq bourdons compacts, bruns et beiges, foncent à basse altitude, hors de toutes les routes aériennes habituelles. Au bourdonnement sourd du rotor double de l’imposant héliporteur diplomatique, au centre de la formation, répondent ceux des quatre hélicoptères de chasse, furtifs, littéralement hérissés d’armes et de détecteurs.
Dans le cockpit parfaitement insonorisé de l’appareil officiel, un personnage se trouve assis à la place du copilote ; de haute stature, de race noire, richement habillé de soieries rouges et noires constellées de diamants, au port altier et au visage mangé par un bouc frisé, presque hirsute. Il contemple le paysage monotone, défilant, des kilomètres avalés. (…)

Version « finale » (retravail de 2006) — 814 signes, 124 mots —

Les taches pastel des grandes plaines fertiles glissent sous les carénages métalliques des hélicoptères. Maïs, soja, sorgho, envahissants arbustes de manioc, larges rizières, tout se confond en une mer vallonnée, noyée de brume. Les cinq appareils bruns et beiges avalent les kilomètres, en vol à basse altitude : quatre modèles de chasse hérissés d’armes et de détecteurs escortent un héliporteur diplomatique à rotor double.
Dans l’appareil officiel, à la place du copilote, un personnage contemple le paysage monotone. L’insonorisation intérieure étouffe le battement des puissantes pales, et rien ne vient distraire le cours de ses pensées. De haute stature, l’homme de race noire est richement habillé de soieries rouges et noires constellées de diamants. Son port est altier, son menton mangé d’un bouc frisé. (…)

Voilà... multipliez ce petit exercice par 500 pages, et vous aurez une idée de ce que je fais dès que j'ai un moment de libre. Et je ne parle pas des coupes dans le scénario, des changements de trame...
Ca y est, j'ai compris l'intérêt de publier ces extraits... me dire que j'avance un peu, chasser un peu cette impression de ne jamais voir la fin de ce projet de dingue... ;-)
Vous voulez devenir écrivain ? mon conseil : réfléchissez sérieusement à faire autre chose de votre vie... ;-)

vendredi, avril 07, 2006

Un petit extrait....

Voici une modeste mise en bouche. C'est tiré du prologue de "Semailles de Millénaires", enjoy !

Quelque part dans les Terres Interdites d’Europe,
21e jour de la lunaison gicurasi, an 213 de l’Hégémonie Africaine.

Dans la cabine du zeppelin, l’anxiété monte cran à cran.
L’aérostat louvoie entre les vallons resserrés, manque sans cesse de heurter la cîme d’un arbre ou le flanc d’une colline, donne trop de gîte dans les changements de cap. La tuyère de propulsion du moteur arrière crachote. Le blindage des réservoirs d’hydrogène est éprouvé par l’impact d’une violente explosion. L’enveloppe supérieure a elle aussi essuyé une mitraille de débris, et perd inexorablement ses gaz plus légers que l’air. Peu à peu, la nacelle se rapproche du sol.
Dans le poste de pilotage, on sent le véhicule piquer du nez, lentement, inéluctablement. Le pilote, un grand bantou dégingandé, appuie de tout son poids sur la barre de commande, pour opérer des manœuvres de plus en plus aléatoires. Il laisse échapper de temps à autre un juron bien senti pour donner plus de vigueur à ses poussées.
Tandis que deux hommes se précipitent pour lui prêter main forte, des voix s’élèvent depuis le pont inférieur :
« Capitaine-maire ! Capitaine-maire Katanga ! Que se passe-t-il ?
- Retournez à vos couches », réplique l’intéressé, un Africain grassouillet, aux doigts encombrés de bijoux, aux vêtements artistiquement ajourés. Il porte les stigmates de l’homme habitué à être obéi : sourcils froncés, petite moue de désapprobation constante. Il achève sa courte injonction sur un ton courroucé : « Nous serons bientôt sortis des Terres Maudites, tenez vous tranquilles, et silencieux. »

mercredi, avril 05, 2006

Un excellent album, d'un auteur lyonnais...


Franck Giroud, bien connu des amateurs de BD historique, avec entre autres "le Décalogue", et le cycle de "Louis la Guigne" à son actif, arrive épaulé par un jeune scénariste, Florent Germaine, pour un récit envoûtant.
C'est la première publication de cet ami de longue date, et certainement pas la dernière, je parierai bien.

mardi, janvier 03, 2006

Bonne Année comme se doit...

à tous ceux que je ne connais pas, à tous ceux que je connais, et à tous les autres (????).
Alors au chapitre des bonnes résolutions (on verra si je m'y tiens) :
- finir l'écriture du gros roman de Fantasy dont j'arrête pas de vous parler tout en n'en disant rien.
- Retravailler Semailles de Millénaires, mon hénaurme roman de SF — le projet est devenu un roman en deux volets complémentaires. Ca prend forme dans ma petite tête... a défaut de progresser pour l'instant sur le papier. Mais ça viendra, ça viendra...
- Bien sûr pondre le troisème volet des petits romans de chez Eons.
- Peaufiner deux synopsis de romans... parce que c'est pas tout, mais c'est qu'il va falloir fournir, ensuite !
Allez Bonne Année 2006 encore, à tous ceux qui - hasard, curiosité, ou fidèle amitié, sont venus traîner un œil ou deux sur ces lignes...

mercredi, décembre 21, 2005

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles...

... ou, pourrait-on dire, bon roman ?
Parce que je ne dis rien sur le blog, oui, c'est vrai. Mais c'est pace que toutes mes énergies et mon temps libre sont consacrés à l'écriture... enfin quand je ne vis pas la belle vie avec mon amour...
Allez patience, i'll be back.

mercredi, novembre 23, 2005

En dédicace...

DEDICACE 02-12-05

mardi, octobre 04, 2005

Les Deux Spadassins, version papier, pour 8 euros

Deux Spadassins big
Couverture de Frank Drevon (http://www.gaijin-san.com)
LES DEUX SPADASSINS D'UEMURA, mon second roman, est disponible en souscription chez Eons Editions. Un lien direct est compris dans le titre de ce message. Vous pouvez obtenir l'objet oblong pour la modique somme de 8 euros port compris, jusqu'au 26 octobre 2005.
Puis le 27, date de sortie officielle de la version imprimée, ce sera 9 euros 40...
Alors achetez-le, rachetez-le et, vous savez comment ça marche : conseillez-le à vos amis si vous avez aimé, conseillez-le à vos ennemis si vous avez détesté ;-)
Un extrait des premières pages est téléchargeable en format pdf à l'adresse suivante :
www.numilog.fr/package/extraits_pdf/e225732.pdf

samedi, octobre 01, 2005

430 800 signes, 72 900 mots, 237 pages, soit 7 chapitres et un prologue...

Voilà les statistiques précises, mathématiques de ce que j'ai écrit à ce jour de mon roman de Fantasy. Cela ne représente pourtant que la moitié du chemin !
Et après, il restera encore les relectures et corrections innombrables... avant de seulement faire lire à deux ou trois critiques sélectionnés, et proposer à un éditeur cela va de soi.
Le travail d'écriture est long, angoissant souvent, frustrant trés féquemment. C'est un interminable tunnel vers la lumière, qu'il faut creuser patiemment, pelletée à pelletée, sans jamais être certain qu'il mène quelque part.
En fait je porte ce projet en moi depuis trois ans, et je me suis juré de ne pas m'arrêter avant de l'amener à son terme, en prenant tout le temps nécessaire pour le paufiner et lui faire porter tous ses fruits.
Bon si les petits cochons ne m'ont pas mangé d'ici là...

dimanche, septembre 11, 2005

Un jour j'écrirai des nouvelles acceptables...

"Eclipse

Le temps qui s’arrête, ce n’est pas, comme on se le représente, un gel soudain de tout ce qui vous entoure. Une mouche suspendue en vol. Le vent qui cesse de souffler…
J’étais en train de me faire servir une crêpe, rue Saint-Jean. Il y a quoi, une seconde ? Une seconde et demie ? La cuiller, pleine de confiture à l’abricot, s’était étalée sur la pâte cuite. Elle revenait vers le pot. Et soudain — mais « soudain » a-t-il un sens ? — elle a ralenti, ralenti…
Je savais que jamais elle n’atteindrait son but. Sans savoir pourquoi, ou comment. Je savais.
La chaleur de l’appareil à gaz ne me réchauffait plus, la luminosité chutait graduellement. Une lueur fantomatique d’éclipse avalait le monde. Tout ce qui était hors de mon champ visuel direct se perdait dans le brouillard. La Cathédrale sur la droite n’était guère qu’un grand flou dévoré. Le vendeur devant moi me fixait d’yeux aussi ronds que sa bouche, son dernier mot étiré sur une plaine de silence. Je ne voyais nettement que la cuiller, avec une infinité de détails, dernière chose que je regardais quand cela a commencé.
Est-ce cela, un accident vasculaire cérébral ? Pourquoi suis-je encore debout et conscient, alors ? Est-ce le prélude à un brusque retour à la normale ? Je n’entends pas mon cœur. Mais suis-je simplement perdu entre l’espace qui sépare le tic, et le toc ?
La cuiller ralentit, ralentit. Toujours sur sa trajectoire vers le pot, toujours moins vite, même si je sais qu’elle bouge encore, insensiblement. Je n’attends même plus de conclusion. Il n’y a pas de conclusion quand le temps vous est nié. Tout autant, l’Univers avait décidé de s’arrêter de tourner.
Je ne saurai jamais.
Je reste donc là à attendre, attendre, dans ce lambeau de temps infiniment étiré. Je n’oserais même pas espérer une conclusion."

Ca vous a plu ? Moi, je ne sais pas ce que cela vaut. En toute honnêteté, il faut convenir que ce n'est pas publiable.
Mon truc c'est les RO-MANS ! Un jour j'arriverai à écrire une vraie nouvelle... un de ces petits bijoux ciselés qui vous retournent les tripes en quelques lignes... pour l'instant, je dois bien dire que je ne sais pas faire. Enfin voilà y'a des trucs qui me viennent comme ça. Le petit texte plus haut, c'était ce matin au réveil. Eh oui, le dimanche matin ça peut provoquer ça ;-)) Le repassage, aussi (le temps s'étire, s'étire...) ;-)))

samedi, août 27, 2005

Coup de Coeur

Une fois n'est pas coutume, je parlerai d'autre chose que de... moi ;-)))
Kamtchatka
Parmi les convives de la réunion de Calais, se trouvait l'ami Pierre Stolze. je n'ai pas manqué de lui dire tout le bien que je pensais de son roman "Kamtchatka".
Dans son genre, ce texte est une petite merveille. Les trames du récit sont surprenantes, décalées, ce qui forme une structure déconstruite. Mais c'est du déconstruit talentueux et virtuose. Et puis littérairement c'est un petit bonheur de mélanges de genres...
Je ne peux m'empêcher de trouver que ce roman frôle le chef-d'oeuvre. Frôle ? Oh le difficile : oui, parce que les références culturelles / littéraires sont - peut-être - trop littéralement présentes à mon sens. Dante, les Enfers... c'est un plaisir de se baigner ou se re-baigner dans ces eaux-là. Mais n'y aurait-il pas fallu les adapter de manière moins littérale ?
Allez, ne boudons pas notre plaisir. Si j'arrive à faire un roman à moitié aussi bien ficelé et écrit que celui-ci, je pourrais m'estimer heureux...
Pour vous le procurer le lien est, comme toujours, dans le titre.

mercredi, août 24, 2005

Une réunion d'écriture et de bons mots à Calais

Calais 2005
Voici la photo, effectifs au grand complet, d'une réunion annuelle d'écrivains et écrivants de SF. Cette année, cela se déroulait dans la bonne ville de Calais.
De gauche à droite, au fond :
Jean-Pierre Lion ; Raymond Milési ; Georges Bormand (assis) et Georges Pierru (debout) ; Martial Colson (assis) et Pierre Stolze (debout) ; Michel Bauza ; Anne Laniece ; Raphaël & Anne Smulders.
Puis de droite à gauche, au premier plan :
Alain Huet ; Alain Girardot ; Jean-Jacques Girardot ; Jean-Jacques Régnier ; moi-même (chaise vide, ce blog est déjà assez égocentrique comme ça y'avait pas besoin de rajouter encore ma trombine) ; Jérôme « globulle » Lamarque.
Nous discutâmes de SF (pas mal), travaillâmes sur l'écriture et le récit, (raisonnablement), et surtout, comme il est de coutume, nous déridâmes pas mal autour des calembours et autres traits d'esprit qui sont de coutume dans ce petit club d'écrivains. Vivement l'an prochain !

jeudi, août 18, 2005

Et de deux !

Et de deux !
Deux Spadassins
Le second tome de la trilogie des Derniers Ascendants est disponible en version électronique chez Eons Editions. Sous le victorieux et fier titre :
"LES DEUX SPADASSINS D'UEMURA"
rien que ça !
Résumé :
"Une génération entière s’est écoulée depuis la destruction de la Source d’Abondance. Ghesh’Mar, fils de Languelame et Capitaine de la Compagnie Noire, s’apprête à donner l’assaut à Uemura.
Son ambition ? Anéantir la Compagnie Pourpre concurrente, dont le Capitaine est Azgash, pour devenir le chef de la seule armée au monde.
C’est compter sans l’intervention de Tian Zi, Dernière des Ascendants, et de Languelame elle-même."
Couverture de Frank Drevon (site internet : http://www.gaijin-san.com/ )
Et j'en profite au passage pour remercier chaleureusement Markus, Antoine et le Piway pour leurs relectures précises, attentives et sans concession !
N'hésitez pas à consulter le lien-titre pour avoir la chose en primeur toute-fraîche-sortie-du-panier...
La version papier est prévue pour septembre.

mercredi, août 10, 2005

Le bestiaire complet en ligne sur Maux D'Auteurs

abarukka
Les lecteurs de Faëries (et les autres) peuvent découvrir l'intégralité des illustrations originales — parfois guère plus que des croquis — qui ont servi de base aux douze nouvelles / articles encyclopédiques du bestiaire du monde des J'Ninn. Les douze signes ne sont pas représentés, car je n'ai pas toujours les capacités en dessin pour représenter ce qui me trotte dans le crâne.
Une description succinte de chaque bestiole ne devrait pas tarder à être mise en commentaire de ces dessins.
Merci de ne pas utiliser ces images sans autorisation !